News

Coups de sabre, couteau, galets… ces femmes violentes devant la justice

Vu ces derniers jours, la violence n’est pas l’apanage des hommes. Même si, statistiquement, ce sont eux qui montent, et de loin, sur la triste première marche. En moins d’une semaine, trois faits de violences concernaient des « auteures ».

Le mardi 26 avril, à Sainte-Clotilde, un différend entre un couple a fait couler le sang, vers 21 heures. Une femme aurait asséné un coup de sabre en pleine face à un homme de 36 ans, lui tailladant sérieusement le visage. Ce dernier, secouru par des chauffeurs de taxi alors qu’il cherche à fuir son agresseuse, a été évacué vers le CHU Nord, porteur d’une balafre de presque 10 centimètres. Ce sont les taxis qui ont averti la police. La femme ayant porté le coup de sabre est recherchée par les forces de l’ordre.

Le même jour, à Saint-André, une mère de famille rentrant dans sa résidence accompagnée de ses enfants, a été la proie d’une adolescente. Quelques secondes avant l’agression, elle avait apostrophé la jeune fille qui se trouvait avec d’autres jeunes filles sur les marches de l’escalier automotive elles bloquaient le passage. Le ton serait monté et la jeune fille se serait mise dans une rage folle, l’aurait insulté puis lui aurait jeté des galets au visage, provoquant de sérieuses blessures. La victime, ne connaissant pas son agresseuse, a porté plainte contre X au commissariat.

Publicité


To view this video please allow JavaScript, and think about upgrading to an online browser that helps HTML5 video


Des alcoolisations massives

Dimanche 24 avril, dans le quartier de La Supply, vers quatre heures, les policiers sont alertés suite à un différend entre un homme et une femme. Lorsqu’ils arrivent sur les lieux, ils découvrent un morceau de nez et des traces abondantes de sang. De fil en aiguille, et grâce aux recoupements des témoignages, ils sont parvenus à identifier la femme et l’homme, propriétaire du bout de nez. La femme avait mordu son compagnon au nez, lui en arrachant le bout.

Placés en garde à vue puis déférés au parquet de Saint-Denis, ils ont été destinataires d’une convocation par officier de police judiciaire (COPJ). Ils seront jugés prochainement pour des violences réciproques. En attendant, ils ont tous les deux été placés sous contrôle judiciaire.

Ces dernières semaines, à La Réunion, police et gendarmerie nationales constatent une recrudescence des violences intrafamiliales sur leurs zones respectives et les procédures judiciaires portées devant les tribunaux de Saint-Pierre et Saint-Denis sont très nombreuses.

Déjà « habituellement » plutôt nombreuses, les violences intrafamiliales, ou VIFs, ont explosé depuis le week-end de Pâques à La Réunion, selon de nombreuses sources des forces de l’ordre, avec des alcoolisations massives dans la plupart des cas.



Supply hyperlink

Leave a Reply

Your email address will not be published.